Navigieren auf Schulinfo Zug

Inhaltsnavigation auf dieser Seite

Navigation
  • Fokus
  • Vive le français – La Suisse allemande et le français

Vive le français – La Suisse allemande et le français

11.12.2018
Aus dem Beitrag von Frédéric Wittwer* sprüht der lateinische Charme. Seine Gedanken zu unserem Verhältnis zur jeweils anderen Sprache zeugen aber auch von der Wichtigkeit des Gegenstands, wenn wir ...
Bild Legende:

Aus dem Beitrag von Frédéric Wittwer* sprüht der lateinische Charme. Seine Gedanken zu unserem Verhältnis zur jeweils anderen Sprache zeugen aber auch von der Wichtigkeit des Gegenstands, wenn wir es als Willensnation (eben nicht durch die gemeinsame Sprache und Kultur zusammengehalten) ernst meinen.

Zur leichteren Verständlichkeit werden einige Wörter und Wendungen übersetzt (nämlich die im Text fettgedruckten) und zuunterst in einer Tabelle in der Reihe ihrer Erscheinung im Text zusammengefasst. Profitez-en!

 

La Suisse allemande et le français
Un texte de Frédéric Wittwer*

Les Suisses allemands aiment le français!
Dans notre région francophone, le sentiment, largement partagé, reconnaît qu'en général, lorsqu'on engage la conversation en français avec un habitant de la Suisse alémanique, celui-ci fera spontanément l'effort de comprendre et de s'exprimer dans notre langue et même qu'il aura souvent du plaisir à le faire. Ou alors, il choisira au moins de parler directement et distinctement en "bon allemand", car il sait fort bien qu'il n'a que très peu de chance d'être compris s'il répond en "schwitzerdütsch".

L'inverse est moins évident... Le Suisse romand qui a (non sans mal) appris l'allemand à l'école a sans doute plus de réticences et d'inhibition à se lancer dans une conversation en allemand, sauf, bien entendu, s'il le maîtrise parfaitement. Pour des raisons historiques et culturelles, et, bien entendu aussi, parce que la Suisse romande est une région minoritaire, la posture romande reste encore souvent sur une forme de réserve réticente lorsqu'il est en situation de s'exprimer en allemand, surtout s'il ne vient pas d'un canton bilingue (BE, VS ou FR). On entend plus souvent à la radio romande des politiciens, des artistes ou des sportifs alémaniques s'exprimer (plus ou moins bien) en français que l'inverse, non? Nous apprécions beaucoup ces efforts courageux des alémaniques, même si nous pourrions penser que c'est normal.

Pourtant, nous sommes tout à fait conscients qu'il vaut la peine d'apprendre la langue pratiquée par le plus grand nombre d'habitants dans notre pays, tout en affirmant notre identité minoritaire. Depuis quelques temps, des études ont du reste mis en évidence que le fait bien savoir l'allemand pour un Suisse romand constituait aussi un avantage économique (plus important que pour l'anglais).

Apprendre les langues nationales au primaire, une priorité pour tous
Dans un récent article de la revue Babylonia, la conseillère d'Etat chargée de l'instruction publique rappelle qu'à Genève, "dans les familles de plus de 40 % des élèves de la scolarité obligatoire, le français n'est pas la première langue parlée (alors que la moyenne suisse se situe à 27%). Grâce à sa dimension internationale, notre canton accueille en outre une importante communauté anglophone. De plus, c'est le seul canton qui n'a aucune frontière avec la Suisse alémanique! Et pourtant... de manière constante et sans réserve au niveau politique [et dans les écoles], l'école genevoise n'a jamais remis en question la priorité à accorder à l'apprentissage de l'allemand, langue nationale, avant celui de l'anglais au degré primaire. Cela dit, les objectifs assignés par le plan d'études romand (PER) constituent un défi majeur qui implique en tout premier lieu des enseignants motivés et bien formés: à Genève, il a donc fallu investir dans leur formation initiale et continue, car il ne suffit pas de décréter un politique d'enseignement des langues sans compétences, ni moyens".

Les nouveaux manuels d'enseignement romands qui insistent sur les compétences d'expression orale ont été très bien accueillis par les enseignants dans tous les cantons romands. Par ailleurs, dans notre canton, nous avons augmenté le temps scolaire dédié aux langues dans le second cycle du primaire. Ainsi depuis la rentrée scolaire 2014, les élèves genevois passent une demi-journée de plus qu'auparavant à l'école primaire afin de disposer du temps nécessaire pour mieux apprendre les langues. Ils disposent aussi d'une méthode qui favorise l'expression orale courante (et moins le respect sacralisé de la bonne forme syntaxique).

Savez-vous que dans le cadre de l'enseignement de l'allemand les élèves genevois qui ont choisi l'option langues au secondaire I bénéficient d'une initiation au suisse-allemand?

Il faut reconnaître que les cantons romands n'avaient pas apprécié la décision prise il y a vingt ans déjà par le canton de Zurich d'enseigner l'anglais précoce avant le français, décision qui a conduit à ce qu'il faut bien appeler un compromis minimal conclu par la CDIP qui sert de stratégie commune pour l'enseignement des langues durant la scolarité obligatoire. Les tentatives de certains milieux en Suisse alémanique de remettre en question cette stratégie commune de 2004 au détriment de la priorité à accorder aux langues nationales sont – c'est logique - mal perçues chez nous. Nous comprenons que bien des résistances au français en Suisse alémanique sont aussi exprimées par une partie des enseignants desquels on exige en effet beaucoup, comme des élèves, du reste. Mais si l'on place le débat uniquement sur l'utilité économique du français, de l'allemand ou de l'anglais, ou la prétendue surcharge des élèves, on encourage en quelque sorte ce genre de réaction. Car, si véritablement les élèves du primaire étaient surchargés, pourquoi donc "sacrifier" le français au primaire sans envisager d'alléger l'enseignement par d'autres mesures?

Allons de l'avant: vive la cohésion nationale et les échanges linguistiques

Avec une grande satisfaction, nous avons relevé que, dans tous les cantons alémaniques où une votation populaire a eu lieu, la majorité de la population a confirmé la volonté de commencer l'apprentissage du français, langue nationale, au degré primaire. Aujourd'hui, tous les directeurs et les directrices de l'instruction publique en Suisse alémanique s'efforcent de créer les conditions favorables pour promouvoir l'enseignement du français et, notamment, pour intensifier les échanges linguistiques. La population et les autorités politiques nous invitent ainsi, comme à Zoug dont je salue avec joie la démarche d'ouverture et de promotion du français, mais aussi à Genève et partout ailleurs, à poursuivre et redoubler nos efforts avec résolution - mais pas sans ressources, notamment pour la formation des enseignants - en suivant les recommandations communes édictées au niveau national. Un optimisme mesuré doit nous guider et générer une belle émulation.

Nous savons qu'apprendre une langue, c'est aussi connaître peu à peu la culture et l'histoire qu'elle incarne; c'est faire preuve d'ouverture et de confiance dans nos valeurs communes. C'est reconnaître les différences culturelles et concilier les qualités "latines" des uns et les qualités "germaniques" des autres et dépasser les représentations stéréotypées d'un virtuel "Röstigraben"!

Et, croyez-moi, nous continuerons d'apprécier énormément votre plaisir à parler en français... et serons bientôt bien préparés à en faire autant en allemand!


Concrètement, à Genève, nous développons actuellement les programmes suivants pour stimuler les échanges dans la scolarité obligatoire:

  • Les programmes "Journées thématiques" permettent aux élèves et leurs enseignants de prévoir une journée de rencontre à Genève entre classes partenaires provenant de Suisse allemande sur une thématique de leur choix, à la suite d'échanges virtuels et/ou épistolaires en classe, voire en privé lorsque des binômes entre élèves sont constitués.
  • Le programme "Deux Langues-Ein Ziel" est un échange rotatif sur dix jours, du samedi au dimanche suivant. Les élèves sont en binôme et passent la première partie de la semaine chez leur partenaire de l'autre région linguistique. Le mercredi il y a le switch et la deuxième partie de passe dans la famille de l'autre partenaire. En gros, les partenaires sont ensemble 10 jours, dont 5 à GE et 5 dans l'autre région linguistique. Cette formule peut aussi avoir lieu sur deux semaines.
  • Le programme "Deux Im Schnee" prévoit une semaine de camp de ski en commun à Gstaad, avec ski et activités pédagogiques et culturelles communes.
  • Le programme d'échange pendant les vacances scolaires (deux familles s'arrangent pour recevoir l'un et l'autre selon leur propre organisation sur les vacances scolaires)
  • Certains établissements du degré secondaire I organisent également des échanges selon leur propre organisation qui ressemblent peu ou prou aux formules décrites ci-dessus.

Les témoignages des élèves qui ont participé à ce type de programme, attestés par les évaluations que nous leur soumettons, est résumé dans la phrase suivante de la mère d'une élève (pour un échange Deux Langues - Ein Ziel) : "Notre fille Fanny a passé une excellente semaine, ainsi que sa correspondante (semble-t-il). Elles étaient tristes de se quitter, ce qui nous laisse présager qu'elles se reverront avec joie. Le vocabulaire allemand de notre fille semble aussi s'être déjà légèrement développé".

Et si, à l'avenir, les élèves de Zoug et Genève se rencontraient plus souvent?

La personne de contact à GE Mme Catherine Fernandez, responsable Echanges et Mobilité au DIP – catherine.fernandez@etat.ge.ch

 

Tableau de mots Worttabelle
largement partagé weitverbreitet
engager la conversation ins Gespräch kommen
celui-ci dieser, derjenige
... et même qu'il aura souvent du plaisir ... und dass es ihm sogar Spass macht
car denn
(wenn nicht der Reisebus gemeint ist)
inverse umgekehrt
(seltener: entgegengesetzt, gegenläufig)
non sans mal nicht ohne Schwierigkeiten, nicht mühelos
réticence, la die Zurückhaltung
posture, la die Haltung
pourtant dennoch, doch
tout à fait ganz, völlig
conscient bewusst, wissend
vaut la peine die Mühe lohnt sich

...ont du reste mis...

mettre qqch. en évidence

le fait

des études ont du reste mis en évidence que le fait bien savoir l'allemand pour un Suisse romand constituait aussi un avantage économique

hier: übrigens

etwas betonen

die Tatsache

Studien haben übrigens betont, dass gute Deutschkenntnisse für einen Romand einen ökonomischen Vorteil bedeuten.

en outre ausserdem, ferner
accorder gewähren, einräumen
défi, le die Herausforderung
en tout premier lieu in erster Linie
décréter verfügen, anordnen
accueillir empfangen, aufnehmen
par ailleurs ausserdem, anderweitig
dédié [fest] zugeordnet
ainsi so, auf diese Weise
auparavant vorher, zuvor
au secondaire I auf Sekundarstufe I
initiation

initiation pratique
Einführung

Praktische Unterweisung
appréciér schätzen (mögen) oder abschätzen (evaluieren)
précoce früh, [vor]zeitig, auch frühreif
CDIP EDK
sert (servir) dient
tentative, la der Versuch
au détriment de la priorité à accorder aux langues nationales zum Nachteil der Priorität, die den Landessprachen einzuräumen ist...
desquels on exige en effet beaucoup von denen viel verlangt wird
la prétendue surcharge des élèves die angebliche Überforderung der Schüler

envisager


alléger

sans envisager d'alléger l'enseignement...

in Betracht ziehen, planen oder auch damit rechnen

leichter machen, entlasten

ohne andere Erleichterungen im Unterricht ins Auge zu fassen

nous avons relevé haben wir festgestellt
promouvoir fördern, befördern, werben für
dont dessen, deren
édicter

édictées
erlassen

erlassene
mesuré gemessen (hier: massvoll), besonnen, bedächtig
émulation, la Wetteifer, Wettstreit
incarner verkörpern
faire preuve d'ouverture durch Offenheit gekennzeichnet (hier: das heisst, offen zu sein...)
épistolaire, échange é. Briefwechsel
lorsque

en binôme

... voire en privé lorsque des binômes entre élèves sont constitués
wenn, als

zu zweit

... auch privat, wenn sich Schülerpaare bilden.
rotatif Dreh-, Rotations-
avoir lieu stattfinden, erfolgen
selon leur propre organisation selbstorganisiert
peu ou prou mehr oder weniger
ci-dessus

ci-dessous
oben

unten
témoignage, le Aussage, Zeugnis (i. S. Bericht)
présager ankündigen oder voraussehen

 

*Frédéric Wittwer war vor seiner Pensionierung Ende November 2018 Delegierter für interkantonale Angelegenheiten der Genfer Bildungsdirektion.

 

Weitere Informationen

hidden placeholder

behoerden

Fusszeile